Le retour du K-Way?

Les trois modèles de cette collaboration fêtant à point nommé les giboulées de printemps, nous font craquer ! Déjà les modeuses ont toutes opté pour leur modèle préféré. Mais pourquoi a-t-on envie de se le procurer?

On peut se le demander, car à 250 € le K Way, ce n’est pas un simple coupe-vent que l’on introduit dans notre dressing. Et pourtant, tombé en désuétude celui qui a glorieusement transcendé les années 70, 80 et 90 a du mal à redevenir populaire chez les jeunes 2.0. Sa marque de fabrique est d’être pratique…au point de nous laisser avoir à transporter sous forme de « boudin » ce fameux coupe-vent lors de promenades et randonnées en tout genre, autour de la taille. Il en devenait même gênant lorsqu’un sweatshirt le cachait ! L’élastique parfois trop grand, faisait qu’il nous tombait aux pieds ou pire que notre petit frêre s’en servait comme boulet de canon. Bref! On a toutes un souvenir avec notre K-Way, celui qu’on a oublié dans les grottes du Gevaudan, celui qu’enfant on ne voulait pas porter car trop grand ou celui fluo, qu’on trouvait hyper tendance lors pour crâner pendant l’été de la première colonie de vacances.

Alors que d’étonnement quand Maje, la marque frenchie, chic et sage, s’éprend de celui qui est à la mode, le Décathlon du loisir. On n’en demandait pas tant.

Mais finalement cette tendance, du pardessus usité façon veste, ne serait-elle pas revenue depuis quelque temps ? Les rappeurs de brooklyn ont paradé avec cette toile synthétique sous la pluie de New York City… comme La Fouine le cite pour se protéger des balles de Paris. Un rappeur s’est même fait prénommer K-Way !

Bref. C’est bien la pièce « boomerang » de ce printemps-été. Mais la marque déposée, est cependant une idée belle et bien française ! Léon-Claude Duhamel est le créateur de ce coupe-vent dès 1965. En nylon imperméable et résistant aux vents et marées, il est à l’origine dénommé « en cas » pour ne l’utiliser qu »en cas de pluie » ! Bien sûr, il deviendrait K-Way. Avec une matière compressible, c’est surtout cet élastique aux lignes orange et noir qui a principalement marqué.

Vers la fin des 90’s le made in France ne paie plus, le K-Way tombe à l’eau et la marque est rachetée par des italiens. Dès 2009 il s’acoquine avec les designers de renom de chez A.P.C ou encore récemment Versus Versace. Depuis beaucoup moins accessible, cette année enfin il le devient avec cette collaboration pour Maje sous l’imprimé léopard, tendance, intemporel et surtout glamour. Réversible dans sa version noire classique, il  est aussi décliné en gris clair et gris foncé. K Way s’est installé dans deux boutiques parisiennes : rue de Charonne et rue de Poitou.

Un vent nouveau règne donc sur ce coupe-vent d’un autre temps…

MAJE X KWAY

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s