Asos White x Le Coq Sportif

FW14_LCSxASOS_01_WEB

Porté sur la retro running depuis un moment, la marque de sport française réédite deux modèles en exclusivité avec Asos White, la collection minimaliste du géant anglais. Père Noël, une autre commande s’il vous plait ?

Le 25 novembre prochain préparez votre hotte, car les running Eclat et Flash, issues des catalogues le coq sportif de 1985 et 1990, ressortent de leur placard, dans un tout nouvel appareil. Minimaliste et chic, la collaboration est l’occasion de revêtir ses pieds de l’expertise et de l’élégance frenchie de la marque de sport. Des matières premium et monochrome, comme ce marine à la semelle tachetée ou la Flash en silver pour la « holographique ». Toutes deux risquent de parfaitement se marier à notre nouveau manteau cocooning ou encore à un pull graphique.

Fidèle au modèle original de la marque française, la Éclat dispose d’un système de laçage rapide, d’une semelle free-form et d’une bague de maintien au talon. Un look rétro futuriste qui pour le second modèle, holographique rappelle la folie des 90’s. Un cuir gris acier sur lequel apparaissent de subtiles ondes de couleurs avec au choix, deux kits de lacets, blancs réfléchissants ou lurex argenté.

1421856_03_WEB

Mieux encore, la collab est entièrement dédiée aux femmes. « Nous recherchions un partenaire premium pour collaborer sur des projets de sneakers dédiées aux femmes. Asos White nous a paru comme une évidence. Leur attachement à la qualité du traitement et dans la conception du produit correspond totalement aux valeurs du Coq Sportif. » Marc Chamberlain, commercial Le Coq Sportif UK.

Après un site dédié à la chaussure de sport vintage reprenant les campagnes publicitaires de ses fameuses running version pop en vidéo, le Coq Sportif propose de les redécouvrir, à ses pieds. Les modèles comme l’Eclat ou encore l’arrivée des LCSR1000 font partie de l’histoire de la marque et de l’avancée technologique de la running.

LE COQ SPORTIF RETRO RUNNING from le coq sportif on Vimeo.

En vente à partir du 25 novembre sur le site d’Asos et dans le flagship le coq sportif – 1 rue Montmartre 75001 Paris

Existe du 36 au 42

Prix : 100€

Le retour du K-Way?

Les trois modèles de cette collaboration fêtant à point nommé les giboulées de printemps, nous font craquer ! Déjà les modeuses ont toutes opté pour leur modèle préféré. Mais pourquoi a-t-on envie de se le procurer?

On peut se le demander, car à 250 € le K Way, ce n’est pas un simple coupe-vent que l’on introduit dans notre dressing. Et pourtant, tombé en désuétude celui qui a glorieusement transcendé les années 70, 80 et 90 a du mal à redevenir populaire chez les jeunes 2.0. Sa marque de fabrique est d’être pratique…au point de nous laisser avoir à transporter sous forme de « boudin » ce fameux coupe-vent lors de promenades et randonnées en tout genre, autour de la taille. Il en devenait même gênant lorsqu’un sweatshirt le cachait ! L’élastique parfois trop grand, faisait qu’il nous tombait aux pieds ou pire que notre petit frêre s’en servait comme boulet de canon. Bref! On a toutes un souvenir avec notre K-Way, celui qu’on a oublié dans les grottes du Gevaudan, celui qu’enfant on ne voulait pas porter car trop grand ou celui fluo, qu’on trouvait hyper tendance lors pour crâner pendant l’été de la première colonie de vacances.

Alors que d’étonnement quand Maje, la marque frenchie, chic et sage, s’éprend de celui qui est à la mode, le Décathlon du loisir. On n’en demandait pas tant.

Mais finalement cette tendance, du pardessus usité façon veste, ne serait-elle pas revenue depuis quelque temps ? Les rappeurs de brooklyn ont paradé avec cette toile synthétique sous la pluie de New York City… comme La Fouine le cite pour se protéger des balles de Paris. Un rappeur s’est même fait prénommer K-Way !

Bref. C’est bien la pièce « boomerang » de ce printemps-été. Mais la marque déposée, est cependant une idée belle et bien française ! Léon-Claude Duhamel est le créateur de ce coupe-vent dès 1965. En nylon imperméable et résistant aux vents et marées, il est à l’origine dénommé « en cas » pour ne l’utiliser qu »en cas de pluie » ! Bien sûr, il deviendrait K-Way. Avec une matière compressible, c’est surtout cet élastique aux lignes orange et noir qui a principalement marqué.

Vers la fin des 90’s le made in France ne paie plus, le K-Way tombe à l’eau et la marque est rachetée par des italiens. Dès 2009 il s’acoquine avec les designers de renom de chez A.P.C ou encore récemment Versus Versace. Depuis beaucoup moins accessible, cette année enfin il le devient avec cette collaboration pour Maje sous l’imprimé léopard, tendance, intemporel et surtout glamour. Réversible dans sa version noire classique, il  est aussi décliné en gris clair et gris foncé. K Way s’est installé dans deux boutiques parisiennes : rue de Charonne et rue de Poitou.

Un vent nouveau règne donc sur ce coupe-vent d’un autre temps…

MAJE X KWAY

Rendez-vous sur Hellocoton !